aller à la navigation

La relation entre bouddhisme et soufisme janvier 29 2013

Infos : , ajouter un commentaire

La relation entre bouddhisme et soufisme

Voici un lien vers une de mes traductions intitulée “La relation entre bouddhisme et soufisme (réponse à Majid Tehranian)”

http://www.berzinarchives.com/web/fr/archives/study/islam/general/relation_between_buddhism_sufism.html

Shurafa’a janvier 28 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Shurafa’a

Asʾsalamu ʿalaykum wa rahmatuʾLlah wa barakatuhu wa maghfiratuhu wa ridatu,

En tant que frères et sœurs dans cette voie bénie, c’est pour notre plus grand bien que nous sommes attachés à Allah et à Son Messager sws via la corde de Shaykhuna Ahmad al-Tijani al-Hasani [RA]. Même s’il est absent de ce monde temporel, nous trouvons toujours soutien et guidée grâce à la Lumière qui a été placée en lui [RA] et en sa progéniture.

La famille de Shaykhuna Ahmad al-Tijani [RA], qui est également la famille du Prophète sws, détient une immense baraka et est d’une immense valeur. Nous nous comportons avec eux avec les meilleures manières [adab], avec respect et avec amour.

Shaykh al-Islam Ibrahim Niass [RA] nous a appris ceci:

“Et il est recommandé au murid de voir son muqaddam comme le Shaykh (al-Tijani), en l’honneur du Shaykh (al-Tijani); particulièrement les successeurs (de Shaykh al-Tijani), et plus particulièrement les descendants du Shaykh (Ahmad al-Tijani), car ils sont lui et il est eux”. (Jawahir al-rasa’il, p.48)

En effet, Sahibu ‘l-Fayda Shaykh Ibrahim [RA] leur donnait tout son argent en cadeau [hadiya] si l’un d’entre eux venait le voir.

On rapporte que le Grand-Khalifa des Shurafa’a Tijani, Shaykh Sidi al-Tayyib bin Sidi ʿAllal bin Sidi Ahmad ʿAmmar bin Sidi Muhammad al-Habib bin al-Shaykh Ahmad al-Tijani [RA] d’ʿAïn Madi (Algérie) se rendit au Sénégal dans les années 1940.

Comme prévu, il fut très bien reçu par toutes les communautés Tijani du Sénégal; toutefois, ses hôtes à Dakar, jaloux de la Fayda et de Sahibu ‘l-Fayda [RA], ne l’emmenèrent pas à Medina Baye-Kawlakh.

Shaykh Ibrahim [RA], qui était bien au fait de la venue du Sharif, désirait lui exprimer son immense amour et l’honorer. Il rassembla donc tous ses disciples et collecta autant de hadiya que possible qu’il envoya ensuite directement au Sharif Sidi al-Tayyib là où il résidait à Dakar. La somme d’argent que ce dernier reçut était supérieure à l’ensemble des dons de toutes les autres communautés Tijani au Sénégal.

Le Sharif dit: “Qui est cet homme qui m’a envoyé ce immense cadeau? Je dois aller le voir! Il nous aime réellement!”

Le Grand-Khalifa [RA] se rendit subséquemment à Medina Baye-Kawlakh où il fut reçu de la meilleure des manières durant tout son séjour, avec notamment Shaykh Ibrahim [RA] qui le servit et resta à ses pieds en signe d’amour et de servitude. A cette époque, les personnes engagées dans cette servitude portaient une ceinture de corde autour du bou-bou et des vêtements, ce que fit Shaykh Ibrahim lorsqu’il était au service du Sharif.

Lors d’un discours qu’il effectua durant un de ses derniers jours à Medina Baye, le Sharif dit:

“En vérité, Shaykh Ibrahim est notre père aujourd’hui”.

surafa.jpg

De nombreuses personnes entendirent cette phrase qui est également rapportée par le grand khalife nigérian Shaykh Abu Bakr Atiqu [RA] dans son ouvrage Manahil al-rashad. Le grand wali nigérian Shaykh Ahmad Abu ’l-Fat’h [RA] a également entendu et rapporté cette parole du Sharif.

La manière dont Shaykh Ibrahim honora le Sharif et la servilité dont il a fait preuve à son égard ne sont autre que la manifestation pratique de Ruhu ‘l-adab! C’est ainsi que doivent se comporter tous les Tijani dans toutes les situations, en particulier avec les Shurafa’a de Shaykh Ahmad al-Tijani [RA].

Toutefois, une partie du adab consiste à ne pas trop s’impliquer avec eux et à ne pas se tourner vers eux pour effectuer la tarbiya (éducation spirituelle), pour obtenir des secrets [asrar] et pour tout autre affaire d’ordre intérieur/spirituel. Ils constituent une ‘zone dangereuse’, et, avec eux, les erreurs peuvent être fatales à de nombreux niveaux. Les sots/fous s’aventurent là où les anges craignent d’entrer.

Shaykh Ahmad bin al-ʿIyyashi Sukayrij al-Fasi [RA] rédigea quelques lignes lors de son séjour avec le Grand-Sharif Sidi Mahmud al-Tijani [RA] durant lequel il fit preuve de beaucoup prudence et émit de nombreuses conditions avant de finalement quitter le Sharif avec adab. Il mentionna dans cet écrit que la plupart des Shurafā’a Tijani sont des Malamatis: des hommes qui ont l’apparence extérieure de pêcheurs mais qui intérieurement sont tenus en haute estime par Allah. Dès lors, peu de personnes peuvent faire preuve de patience avec eux.

Aussi, la plupart des Shurafa’a ne sont pas des savants ni des muqaddamun (bien que tous soient Tijani), ni ne sont infaillibles. Il se peut que celui qui les prend pour tel devienne confus et égaré. Il faut les aimer et les respecter pour leur lignée bénie…ni plus, ni moins.

Shaykh Ahmad Sukayrij al-Fasi [RA] aborda ce sujet dans ses lettres et dans son ouvrage Jinayata ‘l-muntasibu ‘l-ani dans lequel il conseilla aux Shurafa’a de gagner leur vie en travaillant et non en comptant sur les dons des muridin. Il leur conseilla également d’étudier et d’exceller dans les sciences religieuses.

Sachez également que le khalife spirituel de Shaykh al-Tijani [RA] n’est pas en eux, car ils sont lui. Ils existent en tant que représentants de sa Présence [hadra] Ahmadi. Ils sont son sang et sa chair. Ils sont sa noble famille et celle-ci sera toujours honorée et aimée.

Quant à elle, la Hadratu ‘l-Khilafa de cette Tariqa fut détenue par de nombreux Awliya à commencer par Sidi ʿAli Harazim al-Barada [RA], qui n’était pas un sharif. Celle-ci fut enfin parfaite par Sahibu ‘l-Fayda Shaykhuna Barhama ʿAbd-Allah [RA]. Wa’Llahi!

Voici ce qu’Il [RA] écrivit dans certaines de ses lettres:

“La Tariqa est une chose et les Shurafa’a en sont une autre. Même Shaykh al-Tijani [RA] ne mourut pas avant de nommer des Khulafa’a, alors que ses enfants étaient vivants; il ne leur à pas non plus donné (à ses enfants) la Tariqa ni ne les a nommés muqaddamun”.

“La Tariqa est basée sur le ‘Din al-Hanif’ et est ainsi comprise par ses ʿUlama’a”.

Il écrit ensuite:

“Et nous sommes CERTAINS que NOUS somme la porte du Shaykh [RA], bien que les descendants biologiques du Shaykh [RA] soient là”.

Al-Hamduli’Llah que nous puissions nous tenir à cette Porte de la Hadra! Qu’Allah nous accorde le adab complet avec toutes les Hadarat. Amin.

- Imam Fakhruddin Owaisi al-Madani al-Tijani [©2010; Afrique du Sud]

Source: © سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

Décès du Khalife d’Aïn Madi (2010) janvier 28 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Décès du Khalife d’Aïn Madi (2010)

Asʾsalamu ʿalaykum wa rahmatuʾLlah chers bien-aimés,

En tant que frères et sœurs dans cette voie bénie, c’est pour notre plus grand bien que nous sommes attachés à Allah et à Son Messager sws via la corde de Shaykhuna Ahmad al-Tijani al-Hasani [RA]. Même s’il est absent de ce monde temporel, nous trouvons toujours soutien et guidée grâce à la Lumière qui a été placée en lui, en sa progéniture et en ses héritiers spirituels [RAA].

Comme nous l’avons déjà dit, la famille de Shaykhuna Ahmad al-Tijani [RA], qui est la famille du Prophète sws, détient une immense baraka et une immense valeur. Nous nous comportons avec eux avec les meilleures manières [adab], avec respect et avec amour. Comme l’a dit Shaykh Ibrahim [RA]: “Ses descendants sont lui et il est eux”.

shurafa21.jpg

A la lumière de ces éléments, nous transmettons nos plus sincères condoléances à tous les membres de la famille de sang et de la famille spirituelle du Sceau des Saints Shaykh Sidi Ahmad al-Tijani à l’occasion du décès du Khalife Tijani qui était à la tête des descendants de Shaykh al-Tijani [RA] à ʿAïn Madi en Algérie, Sidi al-Sharif Muhammad “Amahammad” ibn ʾl-Khalifa Sidi al-Sharif Mahmud ibn ʾl-Khalifa Sidi Muhammad al-Bashir ibn ʾl-Khalifa Sidi Muhammad al-Habib ibn ʾl-Qutb al-Maktum Shaykh Ahmad al-Tijani [RAA], fils du Prophète Sayyidina Muhammad sws azalan wa abadan.

Al-Sharif Sidi “Amahammad”, qui était âgé, est décédé mercredi 14 Ramadan 1431 (25 Aout 2010). Inna liʾLlahi wa inna ilayhi rajiʿun. Bienheureux soit celui qui retourne à son Seigneur durant le meilleur des mois.

Notez que lorsque les gens d’Afrique du Nord prénomment leur enfant “Muhammad”, ils le prononcent “Amahammad” par respect envers le prénom original du Prophète sws. Entre autres, le célèbre Saint Tijani sénégalais al-Hajj Malik Sy [RA] mentionne également cela dans son ouvrage Ifhama ʾl-munkiru ʾl-jani ʿala Tariqatu Shaykhina al-Tijani.

Les médias algériens ont retransmit la janaza bénie qui peut être vue sur ce lien vers Youtube:
http://www.youtube.com/v/JfUM8KtCEz4&feature=player_embedded

Le prochain khalife de la famille Tijani sera annoncé le 40ème jour inshaʾAllah.

C’est son père, al-Sharif Sidi Mahmud bin Muhammad al-Bashir al-Tijani [RA] qui donna le manuscrit original de l’ouvrage béni Jawahiru ʾl-Maʿani, rédigé par Sidi ʿAli Harazim al-Barada [RA] et signé par Shaykh Ahmad al-Tijani [RA], à al-Hajj ʿAbd-Allah Niass [RA], père de Sahibu ʾl-Fayda [RA], au cours de sa visite à Fès. Le fait de lui donner ce manuscrit constitua la manifestation extérieure d’une gestation spirituelle de Shaykh Ahmad al-Tijani lui-même [RA], prélude de l’arrivée de la Fayda.

Ce manuscrit original est désormais conservé, bien en sécurité, par al-Imamu ʾl-Fayda Shaykh Tijani Cissé [hafizahuʾLlahu] à Medina-Baye à Kaolack (Sénégal); ce dernier publiera bientôt la version la plus authentique qui soit de Jawahiru ʾl-Maʿani en se basant sur la version originale inshaʾAllah.

shurafa22.jpg

Nous prions pour qu’Allah accorde au Sharif décédé [RA] la meilleure place au Paradis aux côtés de ses nobles ancêtres, Sayyidina RasuluʾLlah sws et al-Siddiqu ʾl-Akbar Sidi Ahmad al-Tijani [RA]; et pour qu’Allah nous accorde le meilleur adab en leur compagnie dans ce monde [dunya] et nous permette de tous les rejoindre dans l’akhira. Récitez svp une fois la Fatiha et trois fois la Salatu ʾl-Fatihi pour son âme. Amin.

Wa salam,

- Imam Fakhruddin Owaisi al-Madani al-Tijani [Afrique duSud; ©2010]

Source: © سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

Chiisme janvier 28 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Chiisme

Q: Quelles sont les positions de Shaykh Ahmad al-Tijani [RA] et de Shaykh Ibrahim Niass [RA] vis-à-vis du chiisme?

R: Tous deux étaient fermement opposés aux croyances chiites.

Shaykh Ahmad al-Tijani [RA] a clairement affirmé que personne dans cette umma ne pouvait surpasser les Sahaba [RA] en récompenses et en actions.

Il [RA] a également mentionné que le Prophète béni sws assiste toujours à la wazifa avec les quatre khalifes bien-guidés [al-Khulafaʾ al-Rashidin], ce qui est diamétralement opposé aux croyances chiites.

Les Ulama de la Tariqa comme al-Hajj Umar Tal al-Futi [RA] ont également clairement affirmé qu’aucun wali dans cette umma ne pouvait atteindre le degré [maqam] des Sahaba, pas même Shaykh Ahmad al-Tijani [RA] qui est pourtant plus élevé que quiconque dans cette umma.

Shaykh Muhammad al-Hafiz al-Masri [RA] mentionne que le dernier niveau des Awliya est celui dans lequel ils communiquent avec le Prophète sws à la lumière du jour. Toutefois, c’est là où les Sahaba commencent! La limite des Awliya constitue donc le point de départ des Sahaba [RA].

Une fois, Shaykh Ibrahim [RA] loua les Musulmans africains face à un roi arabe arrogant en disant: ”Aucun Africain musulman n’insulte Sayyidina Abu Bakr [RA] ou Sayyidina Umar [RA] ou un autre Sahabi alors que de nombreux Musulmans arabes (sous-entendu, chiites) le font”.

chiite.jpg

Néanmoins, Shaykh Ibrahim [RA] ne considérait pas les Chiites comme des mécréants [kafirin] et travailler avec eux pour le bien commun de tous les Musulmans ne lui posait aucun problème tant que nous menions les débats. Par ailleurs, nous devons à tout prix éviter d’adhérer à leurs croyances car elles sont semblables à un « cancer spirituel ».

Sur ses ijaza, Shaykh Hasan Cissé [RA] écrivait qu’il fallait “être sur la Voie des Ahlu ‘l-Sunna wa ‘l-Jamaʿa”.

Nous devons faire très attention au savant chiite Muhammad al-Samawi al-Tijani dont le nom revient souvent lors de recherches sur internet. D’origine tunisienne et venant d’une famille Tijani (d’où le nom), il se rendit en Arabie Saoudite et devint Wahhabi. Il se rendit ensuite en Iraq et devint Chiite. Il n’appartient pas à la Tariqa et n’a rien à voir avec elle. Il y a sur le web de nombreuses réfutations émanant de lui et qui sont malheureusement appelées “réfutations de Tijani”

Qu’Allah nous permette de demeurer constants parmi les Ahlu ‘l-Sunna. Amin.

- Imam Fakhruddin Owaisi al-Madani al-Tijani [©2010; Afrique du Sud]

Source: © سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

Imam Fakhruddin Owaisi janvier 24 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Imam Fakhruddin Owaisi

Voici une brève présentation d’un des principaux auteurs des articles traduits sur ce site: Imam Fakhruddin bin Ahmad Owaisi al-Madani al-Tijani al-Ibrahimi.

owaisi.jpg

L’Imam Fakhruddin est imam à la « Hout Bay Masjid » au Cap (Afrique du Sud) et anime des conférences sur les traditions prophétiques [hadith], les exégèses coraniques [tafsir] et la croyance islamique [‘aqida] à la « International Peace University » au Cap. Il est également l’ancien président du Conseil des Oulémas Sunnites du Cap et dispose de grandes connaissances en sciences islamiques.

Il effectua son enseignement primaire et secondaire à Madinatu ‘l-Nabawiyya (Arabie Saoudite); il fut ensuite diplômé de l’université du Cap (Maitrise en études islamiques et licence en études religieuses) et du « Islamic College » d’Afrique du Sud (Licence en théologie islamique).

Il fut un proche élève des plus grands et des plus célèbres savants musulmans de notre époque tels que Shaykh Sayyid Muhammad al-ʿAlawi al-Maliki [RA] (Makka al-Mukarrama), Shaykh Hazim Abu Ghazaleh (Jordanie), Mufti Ghulam Sarwar (Pakistan) et Shaykh al-Islam Hassan Cissé (Sénégal). Imam Owaisi dispose également d’une ijaza en hadith de Shaykh Muhammad Yaʿqubi al-Hasani (Syrie).

Il est également un chanteur d’anasheed accompli et un orateur [khâtib] populaire qui dispose d’un vaste répertoire d’enseignements. L’Imam Fakhruddin, qui est un citoyen américain d’origine indienne, est un descendant du sahaba Sayyidina Oways al-Qarni [RA]. Il parle couramment anglais, arabe et ourdou.

Qu’Allah lui donne longue vie et augmente ses bienfaits à son égard comme pour les pôles, fasse croitre sa piété [waraʿ] et son amour [hubb] pour son Seigneur et avilisse ses ennemis. Amin.

- Yusuf Hilliard al-Tijani

Source: © سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

MAWLID janvier 23 2013

Infos : , ajouter un commentaire

MAWLID

Q : Est-il permis de fêter le mawlid ou bien est-ce interdit? Et, est-ce, comme certains le disent, une innovation?

R : Du point de vue de la Shariʿa, le mawlid est permis [mubah] selon tous les principaux madhahib (e.g. Maliki, Hanafi, Shafiʿi, Hanbali). Tout ce qui concerne la légalité d’une chose en Islam doit être classé en cinq catégories de permissibilité. Si quelqu’un n’a pas minutieusement étudié ces catégories, il n’a ni le droit ni les qualifications pour dire qu’untel ira en enfer pour avoir ou n’avoir pas fait une certaine chose. Qu’Allah nous protège tous.

Encore, il s’agit effectivement d’une bidʿah, mais celle-ci n’est ni nuisible pour la religion ni ne mène au feu de l’enfer. La commémoration du Mawlid ne peut être considérée comme étant haram mais ne peut pas non plus être considérée comme une obligation (fard). Il s’agit simplement d’une pratique bénéfique mais facultative.

Notez, également, qu’alors que le Mawlid en lui-même est seulement mubah, de nombreuses choses effectuées à cette occasion sont recommandées [mustahabb], comme par exemple les salawat, se rassembler entre Musulmans, étudier la vie du Prophète sws, nourrir les nécessiteux, etc. Les gens seront assurément récompensés pour ces actes-là.

Le hadith selon lequel “toute bidʿah constitue un égarement” fait référence à la dernière catégorie de bidʿah, celle qui ne se justifie pas à partir du Coran ou de la Sunna et qui est effectivement haram et nuisible pour la religion (par ex.: la monnaie fiat qui est prédominante dans les pays musulmans), comme l’explique le maitre en hadith l’Imam al-Nawawi dans son commentaire du Sahih Muslim (Volume 6, p.154): “Cela vise les choses nouvelles qui ne sont pas validées par la Shari’a. Telles sont les uniques choses qui sont ici considérées comme des innovations.”

Et Allah sait mieux (Wa’Llahu A’lam).

- Yusuf Hilliard al-Tijani al-Ibrahimi

Source: © سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

Servitude janvier 19 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Les différents niveaux de servitude

Al-Qutb ‘l-Maktūm wa ‘l-Khatmu ‘l-Muhammadiyya Sayyidina wa Mawlana Shaykh Abi ‘l-Abbas Ahmad al-Tijani al-Hasani [RA] a dit:

“L’Ibada consiste à accomplir les ordres d’Allah au niveau de l’Islam uniquement. Une personne qui se situe à ce niveau n’est que rarement en présence d’Allah et quand elle l’est c’est avec grande difficulté. L’Ubudiyya consiste à accomplir les ordres d’Allah au niveau de l’Iman. La personne qui se situe à ce niveau est présente en Allah mais derrière un voile. L’Abuda consiste à accomplir les ordres d’Allah au niveau de l’Ihsan. Pour la personne qui se situe à ce niveau, il n’existe rien d’autre qu’Allah et la personne contemple Allah par l’œil intérieur et par la lumière de la certitude.”

Cette voie spirituelle est celle des serviteurs confirmés dans la servitude envers Allah. Dans le premier niveau, l’esclave travaille pour Allah [ibada]; l’œuvre est celle de l’amoureux pour le Bien-Aimé. Dans le deuxième niveau, les serviteurs réalisent que leurs actes proviennent uniquement de la volonté d’Allah [ubudiyya]. L’œuvre provient de l’aspirant vers son But. Dans le dernier niveau de servitude, l’esclave est englouti dans la présence du Seigneur à un point tel que ses actes le sont également [abuda]; telle est l’œuvre du Connaissant d’Allah.

degre-esclavage.jpg

Ces trois niveaux de servitude correspondent aux trois degrés de la religion [Din] qui sont Islam, Iman et Ihsan. Le premier niveau, celui de Islam / Ibada, est le niveau d’adoration dans lequel tous les membres effectuent les pré requis extérieurs. Ceux qui franchissent cette étape peuvent poursuivre leur cheminement en tant que Muslimin.

Le deuxième niveau, celui de Iman / Ubudiyya, est celui des rapprochés. L’esclave pénètre dans le domaine intérieur de la servitude. Ceux qui franchissent cette étape peuvent poursuivre leur cheminement en tant que Mu’minin.

Le troisième niveau, celui de Ihsan /Abuda, est celui de ceux qui connaissent Allah. De par leur Connaissance, qui provient de la grâce divine, ils s’en remettent totalement à Lui pour toutes choses. Tel est l‘objectif de la servitude.

Au cours de ce cheminement dans la servitude, le serviteur ne tente à aucun moment d’obtenir à tout prix des ouvertures spirituelles; s’il le faisait, son avancement spirituel s’arrêterait brutalement.

Ceci constitue une des significations du terme patience dans le verset suivant, à savoir faire preuve de patience face à son égo et aux intérêts de ce dernier.

« Et cherchez secours dans l’endurance et la Salat: certes, la Salat est une lourde obligation, sauf pour les humbles » (Coran 2:45).

- Imam Muhammad Abdul-Latif Finch (Lighthouse Mosque, Oakland, CA)

Source: ©2011 سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

Note musicale janvier 18 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Note musicale

Q: Quel est l’avis des Tijani concernant la musique?

R: Il s’agit d’une question de fiqh; les gens de la Tariqa suivent les avis des différents savants [ulama]. La Tariqa n’émet pas son propre avis.

D’après l’Imam al-Ghazali [RA], il n’existe pas de preuve solide montrant qu’il est interdit d’utiliser des instruments de musique; ils sont donc permit per se. D’après ce que nous avons pu voir, les Saints Tijani préférèrent cet avis à celui d’autres grands savants qui considéraient certains ou tous les instruments interdits [haram].

Toutefois, tous les ulama s’accordent sur le fait qu’il est interdit [haram] d’écouter de la musique faisant la promotion des notions haram (par ex. : la vulgarité, l’indécence, le racisme, les penchants adultères, les abus, la violence) … avec ou sans instruments.

Reste la musique qui promeut les choses halal (par ex.: l’amour pour un pays, pour l’histoire pour la culture, pour la beauté de la vie, les émotions humaines) ; elle serait autorisée tant que ce n’est pas en excès et qu’elle ne nous distrait pas de nos principales adoration [ʿibadat]. En effet, le Prophète sws écoutait ce genre de choses lors de certaines occasions (comme le hadith authentique sur les chansons de mariage).

Il y a ensuite le concert spirituel [samaʿ] de la sufiyya qui promeut la spiritualité et l’amour supérieur pour le Royaume divin; il est recommandé dans certains cas, lorsqu’il amène les âmes des royaumes les plus bas aux royaumes les plus élevés. Il ne faut toutefois pas en abuser.

musique.jpg

[Photo ©2009; Alex Safos]

Comme de nombreux autres Saints (awliyaʾa), notre Maitre al-Shaykh Sidi Ahmad al-Tijani [RA] demandait parfois à son munshid personnel, Sidi al-Jabiri [RA], de lui chanter quelques poèmes soufis avec son oud, comme le mentionne Sidi Ahmad Sukayrij [RA] dans Kashfu ʾl-Hijab.

Il [RA] préférait en particulier écouter les poèmes du Arif égyptien Ibn al-Farid [RA] qui écrivit:

عن مذهبي في الحب مالي مذهب
و إن ملت عنه يوماً فارقت ملتي

و إن خطرت لي في سواك إرادة
سهواً على خاطري قضيت بردتي

Pour ce qui est de mon madhʾhab en Amour…je n’ai pas de madhʾhab
Pour moi, si je neglige Son amour une journée, j’ai condamné ma religion
En effet, si je pense pendant un instant à un autre que Toi…
même par erreur… je me considère alors comme un apostat
[murtadd]

Il ecrivit egalement sur la langue de la Haqiqatu ʾl-Muhammadiyya (Realite essentielle de Muhammad sws):

إني و إن كنت ابن أدم صورة
لي فيه معنيً شاهد بأبوتي

Et même si je suis le fils d’Adam par mon apparence
La signification qu’il porte montre que je suis en realité son père
!

!ﷲ ﷲ ﷲ
Allah Allah Allah !

Que nous puissions toujours boire de son ocean rempli de divin! Amin.

اللهم صل وسلم على الخليفة والكنز الأعظم والنور المطلسم عبد الله حقيقة ومعنى وصورة وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Et Allah sait mieux (Wa’Llahu A’lam).

- Imam Fakhruddīn bin Ahmad Owaisi al-Madani al-Tijani [©2010; Le Cap, Afrique du Sud]

Source : سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

La Tijaniyya en Ethiopie janvier 18 2013

Infos : , ajouter un commentaire

La Tijaniyya en Ethiopie

Il est bien connu que la Tariqa Tijaniyya est très répandue au Maghreb (al-Maghrib), partie occidentale du monde islamique qui comprend l’Algérie, le Maroc et toute l’Afrique de l’Ouest, où il y a plus de 100 millions de disciples. Nous ne connaissons toutefois que de peu de choses quant à la propagation de la Tariqa en Afrique de l’Est.

Récemment, un frère Tijani d’Addis-Abeba m’a informé que l’Ethiopie comptait environ huit millions de Tijani! Ils appartiennent principalement au groupe ethnique Oromo qui se convertit en masse à l’islam. Les Oromos constituent le principal groupe ethnique d’Ethiopie et environ 80% d’entre eux sont Musulmans. La majorité des Oromos du sud, du sud-ouest et de l’ouest sont Tijani. J’avais entendu que la Tijaniyya avait de l’influence en Ethiopie, mais j’ignorais son histoire et son importance. En effet, Sayyidina Shaykh al-Tijani [RA] avait prédit que sa Tariqa parviendrait partout où se trouve l’Islam.

D’après le frère qui m’a contacté (Sidi Adam Mohammed), c’est à Sayyid al-Faqih Ahmad bin ʿUmar al-Bornawi , qui est originaire du nord du Nigeria, que l’on doit l’arrivée de la Tariqa Tijaniyya en Ethiopie. Il se rendit en Ethiopie au milieu de l’année 1910 et y vécut jusqu’à sa mort en 1953, qu’Allah soit satisfait de lui.

A cours de son séjour, il propagea l’Islam dans tout le pays, en particulier à l’ouest et au sud-ouest, ainsi que la Tariqa Tijaniyya. Il est également connu pour avoir guéri de graves maladies uniquement en les frottant et en faisant du dhikr ; grâce à cela, des milliers de personnes acceptèrent l’islam sans contrainte. On rapporte qu’il avait un lieu de retraite [khalwa] appelé “Aba ‘l-ʿAbbas’ Khalwa”; et lorsqu’il [RA] allait en khalwa, il laissait ses chaussures à 50 mètres de l’endroit et marchait pieds nus le reste du chemin.

ethiopie.jpg

Sayyid al-Faqih Ahmad bin ʿUmar al-Bornawi prit la Tariqa Tijaniyya avec Shaykh ʿAbdullah bin Mubarak al-Shinqiti [RA] de Mauritanie, dont la chaine [sanad] passe par Sidi Ibrahim [RA] jusqu’à Shaykh Sidi ʿAbdu ‘l-Karim al-Naqil [RA].

Sayyid al-Faqih Ahmad bin ʿUmar avait plusieurs khulafa et muqaddamun en Ethiopie, notamment Shaykh al-Hajj Mahmud bin Sulayman “Abbamacha Abbawaji” al-Tijani [RA], al-Hajj ʿAli Ahmad Abbaganda [RA], “Sheikhota” Abu Jamal [RA], et Sayyid Ahmad Zayn Ahmad Jaʿfar al-Saqqaf [RA] (via Shaykh Abbaganda).

Il y a aujourd’hui quelques khulafa, notamment Shaykh ʿAbdu ‘l-Salam ‘Abdu ‘l-Rahman qui se trouve dans la capitale Addis-Abeba et dont la chaine [sanad] dispose d’une double connexion : 1) Sayyid Ahmad Zayn Ahmad Jaʿfar al-Saqqaf via al-Hajj ʿAli Ahmad Abbaganda via Sayyid al-Faqih Ahmad bin ʿUmar, et 2) Sayyid Bashir [RA], descendant de Shaykh Ahmad al-Tijani.

Les Tijani d’Ethiopie éprouvent un grand amour pour notre Shaykh Ahmad al-Tijani [RA], ses khulafa et ses muqaddamun. Je n’ai pas rencontré la-bas de Tijani dont la sanad passe par Shaykh al-Islam al-Hajj Ibrahim ibn al-Hajj ʿAbd-Allah Niass al-Kawlakhi [RA], mais l’ensemble de la communauté Tijani ethiopienne l’aime beaucoup. Après chaque wazifa, lorsque nous récitons la Salatu ‘l-Fatihi pour Shaykh Ahmad al-Tijani [RA], nos muqaddamun mentionnent toujours le nom de Shaykh Ibrahim [RA] avec ceux des autres savants Tijani. De nombreuses personnes ont sa photo dans leur maison. Qu’Allah nous donne sa baraka!

Sayyid al-Faqih Ahmad bin ʿUmar [RA] conseillait toujours à ses disciples [muridin] d’aimer Shaykh Abu ‘l-ʿAbbas Ahmad al-Tijani [RA]. Qu’Allah le bénisse lui et ses disciples pour leur travail et leur amour pour Lui, et pour leur amour pour Rasulu’Llah sws et Shaykh Ahmad al-Tijani [RA]. Amin.

- ©2009 Sidi Adam Mohammed al-Tijani [Ethiopie], Imam Fakhruddin Owaisi al-Madani al-Tijani [Afrique du Sud]

- Photo: ©2009 Sidi Adam Mohammed al-Tijani [Ethiopie]

Source : سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)

Citation - Sharia janvier 18 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Citation - Sharia

“Nous suivons la Loi sacrée [shari’a], du début à la fin. Et la réalité divine [haqiqa] constitue l’océan de la Loi sacrée. La sharia constitue le bateau sur cet océan, et quiconque n’embarque pas sur ce bateau ne peut accéder à cet océan. La Loi sacrée constitue la chose la plus valeureuse qui soit, et celui qui ne protège pas son bien le plus valeureux ne peut s’attendre à obtenir de quelconques bénéfices ou bienfaits. Et nous tous désirons obtenir bienfaits et succès.”

- Shaykh Wuld Khayri

(trad. ARB->ANG: Imam Muhammad Abd al-Latif Finch [Berkeley, USA])

Source : ©2012 سهول الفيضة | FLOODPLAINS

Traduit par Abou Ibrahim (Copyright © 2013)





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 52 articles | blog Gratuit | Abus?